Quand aller voir un psychologue ? 

 

Quand on se sent triste, gros, grand, petit, complexé, qu'on a du mal avec ses amis, avec sa famille; quelle que soit sa souffrance, quand on ne comprend pas ce que l'on fait, qu'on a l'impression de répéter toujours les mêmes erreurs, ou qu'on se sent malheureux avec soi-même, avec ou sans raison.


Les motifs de consultation les plus fréquents sont les suivants: 


  • Adultes

Parce qu'on éprouve des difficultés personnelles: on se sent mal dans sa peau, on a peur de ceci ou cela, on est angoissé, déprimé ou stressé. En somme, on sait que quelque chose ne va pas, qui nous empêche de nous épanouir. 

Parce qu'on éprouve des difficultés dans ses relations avec les autres: au sein du couple, de la famille, ou encore parce qu'on se sent seul, isolé (timidité, complexe d’infériorité, sentiment d’échec social ou affectif). 

Parce qu'on a une décision à prendre: pour en analyser les avantages et les inconvénients, pour se préparer aux conséquences de la décision, pour y voir plus clair, etc.

Parce qu'on vit une épreuve : on a fréquemment besoin d'aide lors d'événements douloureux tels qu'une maladie grave, un deuil, une séparation, un échec, une perte d'emploi, etc.

Parce qu'on se prépare à un évènement majeur : installation en couple, grossesse, devenir parent, accueil d'un enfant, recomposition familiale...

Toutes ces raisons, et beaucoup d'autres, sont valables et légitimes. La plupart du temps, nous croyons pouvoir régler nous-mêmes ces difficultés et nous pensons aussi que le temps finira par arranger les choses. Malheureusement, il n'est pas toujours possible de trouver en soi ou dans son entourage les ressources nécessaires pour faire face à la situation. Un professionnel peut alors nous aider à déterminer et à affronter les problèmes pour les résoudre de façon satisfaisante.


  • Enfants

Durant la petite enfance, c'est souvent par des manifestations somatiques que l'enfant exprime son malaise, tels que: vomissements répétés,  troubles du sommeil, propreté non acquise ou perdue. Sur le plan du comportement, des attitudes comme l'évitement du regard, l'indifférence à ce qui se passe autour de lui, ou une trop grande "sagesse", doivent alerter.

A partir de 4 ans, les troubles du langage ou de son utilisation, l'agitation continuelle, la chute des résultats scolaires, les difficultés d'apprentissage, la perte de la propreté, l'agressivité, les vols et mensonges, les conflits permanents dans la famille ou à l'extérieur de celle-ci, les peurs durables, les troubles du sommeil, une grande maladresse dans l'utilisation que fait l'enfant de son corps sont des signes qui peuvent motiver une consultation psychologique.


  • Ados

Chez l'adolescent, tout changement brusque peut être un signal d'alerte: retrait, désintérêt vis à vis du groupe de copains ou au contraire sur-investissement au détriment de tout le reste, baisse importante des résultats scolaires, intérêt subit pour des thèmes morbides, perte d'appétit ou boulimie sont des motifs pouvant être à l'origine d'une consultation psychologique. 
L'apparition (ou le renforcement) de vols, des fugues, l'entrée dans des conduites addictives sont également d'autres signes d'alarme.

Le psychologue peut également être consulté pour accompagner l'adolescent dans sa démarche d'orientation scolaire et professionnelle.


A quoi ressemble une consultation ? 

 

  • Adultes 

Lors de la première séance, nous nous asseyons pour échanger autour de ce qui vous amène pendant une heure environ.

Les séances suivantes se déroulent à votre rythme. Le temps thérapeutique, on parle alors de « travail », est un temps différent pour chacun, qu’il s’agisse de la fréquence des séances ou de la durée de la thérapie.


  • Enfants

Généralement, les parents sont reçus en premier, accompagnés ou non de leur enfant, et exposent ce qui leur pose question ou leur difficulté par rapport à celui-ci. Lorsque les parents sont séparés, un contact est pris avec l'autre parent si cela est possible. Il s'agit pour le psychologue de tenter de comprendre la difficulté actuelle de l'enfant et d'en retracer l'histoire (début du trouble, évolution, impact sur l'entourage) sans porter de jugement sur les parents ou l'enfant.

L'enfant est ensuite reçu seul. Il a à sa disposition du matériel (papier, crayons, feutres, pâte à modeler, quelques jouets) avec lequel il peut, s'il le souhaite, exprimer ce qu'il a à dire.

A l'issue de la consultation, un petit compte-rendu est fait aux parents et à l'enfant et, s'il y a lieu, une proposition d'aide est faite.


  • Ados

Lors du premier entretien, il est possible de recevoir l'adolescent avec ses parents.

Page d'accueil